A quelles conditions percevoir une pension de retraite minimum ?

A quelles conditions percevoir une pension de retraite minimum ?

L’âge de la retraite est arrivé et l’angoisse s’installe. Vous êtes une femme ou un travailleur indépendant et vous avez très peu cotisé tout au long de votre vie, voire pas cotisé du tout. Vous vous êtes occupée de vos enfants et vous avez bénéficié des revenus de votre mari.

Et puis, vous avez divorcé. Travailleur indépendant, vous avez voulu avoir un revenu décent et vous avez réduit le plus possible le poids de vos cotisations sociales.

  • De quoi allez-vous vivre désormais ?
  • Quelle sera le montant de votre retraite ?
  • Comment faire si vous n’avez jamais travaillé ou si vos trimestres acquis sont peu nombreux ?
  • Pourrez-vous avoir une pension de retraite minimum ?

Rassurez-vous. Vous pouvez sûrement bénéficier de l’une des trois mesures suivantes : l’ASPA, l’allocation simple ou le minimum contributif.

 

C’est quoi une pension de retraite minimum ?

Et d’abord, c’est quoi une pension de retraite minimum ? C’est la retraite qu’on touche quoi qu’il advienne. Mais, encore ? Autrefois, c’est-à-dire jusqu’en 2015, on parlait de minimum vieillesse. Pas terrible comme expression. Aujourd’hui, quand on évoque ce minimum, on parle d’APSA. C’est mieux.

Quoique. Car lorsqu’on déroule l’acronyme, on tombe sur Allocation de Solidarité pour Personnes Âgées. Guère réjouissant. Bon. Peu importe. L’essentiel, c’est d’avoir quelque chose.

Et surtout, c’est une base qui peut s’améliorer. Mais, attention, sans surprise, cette base est soumise à conditions !

 

Comment avoir la pension de retraite minimum ?

Pour avoir cette base qu’autrefois on appelait minimum vieillesse et qui aujourd’hui s’appelle l’ASPA pour Allocation de Solidarité aux Personnes Agées, il faut remplir les conditions générales suivantes :

  • Avoir au moins 65 ans.
  • Être retraité.
  • Résider en France.
  • Avoir des ressources limitées.

Ces conditions peuvent varier en fonction de situations particulières telles que, par exemple, l’existence d’un handicap. Ou du statut du retraité.

Attention, les ressources prises en compte comprennent les pensions de retraite, les pensions d’invalidité, les pensions alimentaires et les revenus des biens immobiliers et mobiliers à hauteur de 3 % de leur valeur vénale.

A noter que si le montant des ressources déclarées s’avère inexact ou qu’aucune rectification de celles-ci n’est faite après un changement de situation, une régularisation interviendra tôt ou tard. Ce qui peut être difficile à supporter en cas de trop perçu.

Enfin, l’ASPA est une sorte d’avance sur succession. Elle fait l’objet d’un remboursement sur la fraction au-delà de 39 000 € du patrimoine transmis aux ayants-droits.

 

Quel est le montant de la pension de retraite minimum ?

Pour une personne seule, le montant de l’ASPA, en 2021, est de 906,81 € par mois et de 1407,82 € par mois pour un couple. Par conséquent, au-dessous du seuil de pauvreté.

En effet, l’Insee considère qu’un individu ou un ménage est pauvre si les revenus dont il dispose sont inférieurs à 60 % du niveau de vie médian de la population. Ce qui, pour 2021, fixe le seuil de pauvreté à 1063 € par mois. De ce point de vue, plus de 9 millions de personnes peuvent, en France, être considérées comme pauvres.

Par ailleurs, l’ASPA n’est pas attribuée automatiquement. Certains retraités peuvent donc passer entre les mailles du filet et se retrouver démunis. Mais, heureusement, il leur est toujours possible de bénéficier, soit de l’Allocation simple d’aide sociale pour personnes âgées, soit du Minimum contributif. Néanmoins, pas de quoi rêver. Les montants de l’une et de l’autre restent limités.

 

Comment améliorer la pension de retraite minimum ?

Evidemment, on est loin de la retraite moyenne des nouveaux retraités qui est de l’ordre de 1400 € brut par mois pour une personne seule, soit 1297 € nets avec les prélèvements sociaux. Mais, il est possible de l’améliorer.

Allocation de retraite minimum complétée par des revenus d’activité

En effet, on peut notamment ajouter à son allocation, les revenus d’une activité, si la somme des salaires perçus ne dépasse pas 1399,12 €, au cours des trois derniers mois. Cela pour une personne seule et 2381,87 € pour un couple.

Ce qui représente 466 € par mois pour une personne seule et permet, de ce fait, d’atteindre un niveau de ressources proche de celui de la moyenne des nouveaux retraités. Au-delà de ce montant, celui de l’ASPA est réduit d’autant.

 

Cumul avec d’autres allocations

D’autres ressources peuvent également compléter une pension de retraite minimum dès lors qu’elles font partie des exceptions qui ne sont pas prises en compte dans le calcul des ressources de l’attributaire. Il y en a près d’une cinquantaine.

Mais, on peut citer, par exemple, les Aides Personnalisées au Logement (APL) ou l’Allocation aux adultes Handicapés (AAH). Cela dit, il est recommandé de bien en examiner les conditions avant de les exclure de ses revenus.

A noter, enfin, que grâce à ces aides complémentaires, une personne retraitée peut, plus facilement, louer un logement dans une résidence seniors de qualité. Notamment, une de ces résidences seniors privilégiées par les investisseurs.

 

Bénéficier d’exonérations ou de réductions

Rappelons que les deux premières tranches d’imposition sur le revenu vont de 0 € à 10084 € pour la première et de 10085 € à 25710 € pour la seconde. Il est donc toujours bon à savoir que des allocations telles que l’ASPA, l’APL ou l’AAH ne font pas partie des revenus imposables.

C’est déjà ça. En effet, 11% sur un revenu imposable de 10872 €, soit le montant annuel de l’ASPA, représente, quand même, 1195 € !

Par ailleurs, rappelons également que les seniors qui voyagent par train peuvent bénéficier de tarifs préférentiels avantageux avec des cartes comme la carte avantage senior.

Ajoutons, de même, que le plafond de la Complémentaire Santé Solidaire (CSS), avec cotisation réduite, étant de 12084 € pour une personne, les retraités avec une pension de retraite minimum peuvent donc en bénéficier. Attention, il faut en faire la demande, mais ça vaut le coup ! La CSS n’est pas une complémentaire au rabais !

 

Précautions à prendre pour optimiser sa pension de retraite minimum

Que faut-il faire pour avoir une pension de retraite minimum ?

Il faut s’armer de patience et d’un crayon. Et si on ne peut pas le faire soi-même, il ne faut pas hésiter à se faire aider. Mais, pas par n’importe qui ! Par des personnes qui s’y connaissent ! Et, ces personnes ne sont pas forcément empathiques ! Mais, ce n’est pas grave ! L’important, c’est d’être bien conseillé.

Cela dit, la première chose à faire, c’est d’être bien à jour avec ses trimestres.  Notamment, en vérifiant bien leur calcul. Pour n’en rater aucun. Qu’on ait ou pas, cotisé ou travaillé.

 

Comment éviter les régularisations à cause de trop perçus ?

Tous les avantages d’une pension de retraite minimum peuvent être perdus si elle a donné lieu à des trop perçus. C’est le cas, par exemple, quand le différentiel couvert par l’ASPA entre les revenus déclarés et le plafond est plus grand qu’il ne devrait.

En effet, dans ce cas, la Caisse de retraite va demander à l’allocataire le remboursement des sommes indûment versées. Et, ça peut faire mal ! Pour l’éviter, il n’y a qu’une chose à faire :  respecter scrupuleusement les conditions d’attribution et informer sa caisse de retraite de tout changement de situation.

Et cela, d’autant plus que lorsqu’on perçoit, entre autres, l’ASPA, la réduction du différentiel a seulement pour effet de réduire la part qui sera, éventuellement, demandée aux ayants-droits au moment de la succession.

 

Avoir la meilleure pension de retraite minimum possible

On le voit, il y a pension de retraite minimum et pension de retraite minimum. Certes, les conditions d’attribution sont les mêmes pour tous. Mais, la façon dont on fait valoir ses droits, sans rien oublier, ou encore, la manière dont on parvient à les compléter, en faisant toutes les démarches nécessaires, c’est ce qui permet de réduire sensiblement les conséquences d’une pension de retraite minimum.

Pour cela, il convient d’avoir un état d’esprit réactif qui permet de prendre les choses en main soi-même ou, à défaut, de se faire justement aider. En refusant toute infantilisation. Et cet état d’esprit est incontestablement un élément essentiel de ce qu’on peut appeler la culture seniors.