Le service civique solidarité seniors, ça sert à quoi ?

Le service civique solidarité seniors, ça sert à quoi ?

Le service civique solidarité seniors, le SC2S pour les intimes, a été lancé par les pouvoirs publics en mars 2021. Son objectif est de s’appuyer sur les bonnes volontés de 10 000  jeunes motivés pour aider à rompre l’isolement de 300 000 personnes âgées isolées. Evidemment, au delà du maintien ou de la re-création du tissu social dans lequel évolue le senior, l’objectif du service civique est avant tout de contribuer à son  bien être et à son autonomie. Par ailleurs, il s’inscrit dans une dynamique initiée depuis longtemps par une association comme les Petits frères des pauvres et relayées par de nombreuses études spécialisées menés par des institutions comme la Croix rouge ou la Fondation de France.

Augmentation du risque de mort sociale pour les seniors

Baromètre solitude et isolement  des petits frères des pauvres.

La mise en place du service civique solidarité seniors est un réponse des pouvoirs publics à l’augmentation du risque de mort sociale pour les seniors. L’augmentation de ce risque a particulièrement été mis en lumière par la 2ème édition du  baromètre « solitude et isolement quand on a plus de 60 ans en France » élaboré par les Petits frères des pauvres.

Origine de l’association les petits frères des pauvres

L’association, apolitique et non confessionnelle, a été créée par le comte Armand Marquiset (1900 – 1981), en 1946. Depuis 2015, elle est présidée par Alain Villez, expert reconnu dans les questions relatives au troisième âge.

L’association qui entend  participer au débat à venir sur l’euthanasie a 3 missions sociales qui se décline en trois verbes : AccompagnerAgir collectivementAlerter.  Pour mener ces missions, elle peut compter sur 2400 permanents, bénévoles et salariés, répartis de manière décentralisée dans 12 régions. Elle a pour devise :

 Aimer les plus pauvres comme des frères et les aider autant que nécessaire.

De fait,  dans son dernier baromètre, datant de septembre 2021, elle  comptabilise, non seulement, le nombre de seniors en état de mort sociale, mais aussi, ceux qui s’en rapprochent.

Résultats du baromètre des petits frères des pauvres de septembre 2021

De sorte que, si les premiers sont plus de  500 000, les seconds sont près de 2 millions.  Soit un quasi doublement en 4 ans. Compte tenu de leur évolution, ces données sont extrêmement préoccupantes.

Et cela, d’autant plus qu’elles doivent être croisées avec les problématiques se rapportant, notamment, à l’âge du départ en retraite, à l’emploi des seniors, au pouvoir d’achat des seniors et aux conditions réservées à leur fin de vie.

Le traitement réservé aux seniors détermine la nature d’une civilisation

Toutes ces questions, selon les réponses qui leur sont données, définissent une civilisation. Pour cette raison, elles méritent assurément mieux que de faire l’objet d’une énième opération de communication ou de marketing politique.

Enfin, si la situation de mort sociale signifie être coupé des quatre cercles sociaux : la famille, les amis, le travail et la vie associative, elle ne doit pas faire oublier un autre versant également étudié par l’association qui est celui de la vie affective, intime et sexuelle des personnes âgées comme le montre l’étude qu’elle a publié en septembre 2022.

Et pour démultiplier l’action de ses bénévoles, elle a mis au point un kit intitulé « chasseur de solitude » à utiliser où on veut, en toute autonomie et à son rythme.

 

Observatoires et études sur les conditions de vie des personnes âgées

Comme chacun sait, le nombre de seniors de plus de 65 ans en France dépasse les 13 millions de personnes. Ce qui, sur un total d’un peu plus de 67 millions d’habitants, représente 20 % de la population totale. Leur nombre est en hausse constant. Compte tenu des enjeux que cela représente, les études ont donc eu tendance à se multiplier au cours des dernières années.

Par conséquent, outre celles produites par les « petits frères des pauvres », d’autres organismes apportent leur soutien à l’édification d’une meilleure connaissance de l’état physique et psychique de la population seniors. Citons, entre autres, les données que rassemblent, par exemple :

  • L’Observatoire Ergocall mis en place en partenariat la mutuelle santé Ag2R la Mondiale. Une enquête de cet observatoire, datant de 2020,  montre, notamment, que 41 % des seniors, vivant seul, à domicile n’avaient reçu aucune visite en 2 mois.
  • L’Observatoire des seniors du groupe Damartex, qui se présente comme le leader européen de la silver économie,  mène des études portant spécialement sur la population seniors. Il bénéficie  de la collaboration de Seniosphère conseil. Ce dernier est spécialiste des études marketing seniors et de marketing audit.
  • La Croix rouge qui finance des bourses d’études spécifiques.
  • Ou encore, la  Fondation de France qui rappel dans un rapport datant d’avril 2021 que 7 millions de français sont confrontés à la solitude.

Causes et conséquences de la solitude et de l’isolement des seniors

Principales causes à la solitude et à l’isolement des seniors

  • L‘âgisme. Il correspond aux « regards » des non seniors vis à vis des seniors. Ce regard, qui est d’ordre civilisationnel, a pour effet de rejeter les seniors en marge de la vie courante. Il peut même conduire à des attitudes extrêmes qui font le lit des propagandistes de l’euthanasie sous forme de suicide assisté.
  • La précarité dans laquelle vivent beaucoup de seniors est aussi une des  causes de leur marginalisation. Elle est facile à comprendre. Faute de ressources suffisantes, les seniors ne sortent plus de chez eux et ne reçoivent plus personne. Du moins est-ce ainsi que beaucoup voient les choses. Au point d’être dans l’incapacité de faire les démarches nécessaires pour être secourus. Cela dit, le pourcentage de seniors sous le seuil de pauvreté est moindre que pour d’autres catégories. Cependant, les menaces qui pèsent sur leur pouvoir d’achat des seniors pourraient bien changer la donne.
  • Les ruptures familiales sont une autre des grandes causes de la marginalisation des seniors. La société moderne favorise l’éclatement des familles. Surtout quand les enfants ont quitté le foyer familial. Ces ruptures résultent pour la plupart d’un divorce ou du décès d’un des conjoints.

Principale conséquence de la solitude et de l’isolement des seniors

D’évidence, l’isolement des seniors aggrave les pathologies liées au vieillissement. Pour une raison bien simple : les seniors dans cette situation qui vivent à leur domicile ne prennent pas bien soin de leur santé.

Non seulement  leur hygiène de vie est souvent déficiente, notamment, en ce qui concerne leur alimentation, marquée par la dénutrition des seniors,  mais encore, ils sont souvent dans l’incapacité de se faire suivre médicalement. Faute de pouvoir se déplacer ou de bien avoir conscience de ce qui leur arrive.

 

Les modalités du service civique solidarité seniors

Compte tenu de tous les travers liés à l’âge et à l’isolement des seniors, notamment, de l’importance des coûts sociaux que cela entraîne, indépendamment, de son impact moral sur la société, les pouvoirs publics ont, à juste titre, renforcé l’action des associations avec la mise en place du service civique solidarité seniors : le SC2S.

Les modalités du service civique solidarité seniors
Les modalités du service civique solidarité seniors

Qui peut faire un service civique solidarité seniors ?

Il s’adresse essentiellement aux jeunes de 16 à 25 ans. Voire jusqu’à 30 ans, mais dans ce dernier cas, sous certaines conditions.  On ne demande aucun diplôme, ni aucune expérience. Ce qui importe avant tout, c’est la motivation. Evidemment,  il faut quand même suivre  un minimum de formation  avant de se lancer sur le terrain.

A noter que le SC2S est une des nombreuses facettes du service civique administré par l’agence gouvernementale service civique. Et rappelons, par ailleurs, que les « petits frères des pauvres » ont d’autres critères d’engagement. Entre autres, l’association n’a pas de critère d’âge.

Comment on fait pour faire un SC2S ?

Le mieux, c’est incontestablement de contacter la délégation Unicité, la plus proche de son domicile, pour y voir les missions proposées. C’est, notamment, elle qui assure le déploiement du SC2S décidé par le gouvernement.

Elle a pour objectif, rappelons-le, de coordonner l’action de 10 000 jeunes auprès de 300 000 personnes âgées isolées.

Comment ça se passe un SC2S ?

Il n’y a rien de plus simple. Une fois admis, il suffit d’assurer, en binôme, des visites, d’au moins une heure, à un panel de personnes âgées. Cette visite peut prendre de multiples formes. Cela peut aller de la simple présence à l’accompagnement dans tout un tas de tâches.

Qu’est-ce que ça rapporte de faire un service civique solidarité seniors ?

Ca rapport au moins deux choses, indépendamment de la valeur morale et pratique du service rendu.

La première, c’est que toute mission de SC2S est rémunérée. Cette  rémunération va de 580 euros par mois à 688 euros pour une mission de 6 à 12 mois, à raison de 24 à 35 heures par semaine.

La seconde, c’est que les missions de sc2s constituent  de réelles opportunités pour se construire une expérience.

 

Pour finir, qu’est-ce que ça donne le service civique solidarité seniors ?

Comme on peut s’y attendre, le bilan est globalement positif. Tout vaut mieux que de ne rien faire. Cela dit, dans ses préconisations, l’association « Petits frères des pauvres » insiste sur la prudence dont il convient d’entourer la gestion des missions de SC2S.

Il ne faudrait pas, en effet, qu’elles soient, simplement, l’occasion de générer un nouveau « business » pour un certain nombre d’entrepreneurs.

Par ailleurs, si le SC2S  s’attaque bien aux symptômes de l’isolement des seniors, il n’en reste pas moins limité compte tenu de l’importance des besoins. De plus, il ne touche guère à ses causes. Lesquelles sont, rappelons-le, surtout d’ordre économique et civilisationnel.

Pour ces raisons, il peut apparaître surtout comme un outil de marketing politique et social, principalement destiné à deux catégories de la population, situées chacune à l’une des extrémités de la pyramide des âges.