Simulation de calcul retraite

Comment réaliser une simulation de calcul retraite ? Votre fin de carrière approche et vous craignez de perdre beaucoup de pouvoir d’achat ? C’est pourquoi il est important de savoir estimer correctement son futur montant de pension vieillesse. 

Entre le régime général et la retraite complémentaire, vous pouvez retrouver la somme qui vous sera versée. Pour vous aider, on vous donne toutes les pistes pour comprendre comment calculer sa retraite pour un salarié.

La retraite : Plusieurs modes de calcul selon sa situation

Avant de vous lancer dans la simulation, sachez qu’il y a plusieurs modes de calcul de retraite, selon les différents métiers exercés au cours de son parcours professionnel. 

Les éléments de base à rassembler

Focus sur plusieurs paramètres ! Pour définir le montant de la retraite brute, réunissez les éléments comme :

  • La durée de la carrière. 
  • Les revenus perçus. 
  • Le nombre de trimestres cotisés.
  • Le nombre de points cumulés. 
  • Votre situation familiale.
  • Les régimes auxquels vous êtes rattaché. 

D’ailleurs, le relevé de carrière, qui vous est adressé tous les 5 ans à partir de 35 ans, vous procure quelques-uns de ces renseignements.

Quelques aménagements de fin de carrière possibles

Vous aimeriez aménager votre temps de travail en fin de carrière ? Vous êtes peut-être éligible au dispositif de retraite progressive. Cette mesure,  accessible à partir de 60 ans ,  vous aide à passer cette période de transition en douceur pour atteindre l’âge légal.

Pourquoi ne pas partir en retraite anticipée ?
Vous répondez peut-être aux critères requis. Autrement dit, si au cours de votre carrière, vous avez été successivement employé de commerce, cadre, fonctionnaire puis indépendant, votre parcours est parfaitement reconstitué au fil des années.

En tout état de cause, si vous n’avez pas suffisamment cotisé à l’âge de la retraite à taux plein, vous percevrez une retraite minimum. Cet avantage est possible grâce au principe de solidarité entre les générations.

Qu’en est-il de l’âge pivot ?
L’âge pivot est une valeur d’équilibre qui est à l’étude dans le cadre de la réforme de la retraite universelle. Repoussant l’âge légal à 64 ans, il n’est, pour l’instant, pas instauré.

Pension de base, complémentaire avec le dispositif de retraite à points, le système de calcul des régimes diffère.

Comment calculer la retraite du régime général ?

C’est le  calcul initial  qui indique le montant de base auquel vous pouvez prétendre. Il s’applique à la majorité des assurés, non concernés par le traitement des régimes spéciaux.

Les caractéristiques du calcul du régime de base

Pour un salarié du privé, qu’il soit cadre ou non, l’Assurance retraite gère le traitement de ce régime via la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV). Un fonctionnaire contractuel relève également de ce même système. 

Vous devez différencier l’âge minimum de départ, fixé à 62 ans, de l’âge de la retraite à taux plein qui est porté à 67 ans pour les assurés nés au-delà de 1954. Avant cette date, les conditions d’acquisition de droits changent. Retrouvez les critères liés à votre année de naissance dans le tableau récapitulatif.

Vous devez différencier l’âge minimum de départ, fixé à 62 ans, de l’âge de la retraite à taux plein qui est porté à 67 ans pour les assurés nés au-delà de 1954.
Année de naissanceÂge minimal départDurée d’assurance (trimestres)Âge taux plein
Juil-déc 195160 ans et 4 mois16365 ans et 4 mois
195260 ans et 9 mois16465 ans et 9 mois
195361 ans et 2 mois16566 ans et 2 mois
195461 ans et 7 mois16566 ans et 7 mois
1955, 1956, 195762 ans 16667 ans
1958, 1959, 196062 ans16767 ans
1961, 1962, 196362 ans16867 ans
1964, 1965, 196662 ans16967 ans
1967, 1968, 196962 ans17067 ans
1970, 1971, 197262 ans17167 ans
1973 et plus62 ans17267 ans
Source : L’Assurance Retraite

La simulation de calcul retraite de base

Pour déterminer le montant de sa retraite de base, appliquez la formule de calcul suivante :

Salaire annuel brut x Taux de liquidation x (Nombre de trimestres validés / Durée d’assurance légale).

Le salaire annuel

La valeur du salaire correspond à la moyenne des 25 meilleures années,  quels que soient les différents emplois occupés .

Certaines de vos rémunérations dépassent le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS) ?
Sachez que le surplus ne rentre pas dans le calcul de la retraite générale.

Le taux de liquidation

Le taux de liquidation correspond à un coefficient appliqué sur le salaire annuel brut pour calculer le montant de sa retraite. Sa valeur maximale s’élève à 50 % pour une retraite à taux plein. Il varie entre 37,5 et 50 %. Autrement dit, si vos cotisations respectent la durée d’assurance requise, vous obtiendrez une pension complète.

Par contre, si vous n’avez pas acquis suffisamment de trimestres, ce taux est déterminé au prorata de la période. On multiplie un coefficient de 0,625 % à la différence de trimestres restant à couvrir, en prenant le calcul le plus favorable entre :

  • Le nombre de trimestres nécessaires pour une retraite à taux plein et le nombre de trimestres au jour de la retraite.

  • Le nombre de trimestres entre l’âge du taux plein et l’âge de départ.

Vous percevrez alors une retraite minorée, c’est ce qu’on appelle la décote.

Les trimestres acquis

Comment détermine-t-on les trimestres cotisés ?
Il ne s’agit pas d’un nombre de jours classique, tel que 90 jours travaillés. L’acquisition des trimestres dépend de votre rémunération, et donc de vos cotisations.

L’acquisition des trimestres dépend de votre rémunération, et donc de vos cotisations.

Quel revenu minimum faut-il percevoir pour valider une période ?

Il doit être égal à 150 fois le SMIC horaire en vigueur. En 2020, celui-ci s’élevant à 10,15 €, vous devez percevoir au minimum 150 x 10,15 € soit 1 522,50 € pour valider un trimestre.

La durée d’assurance légale

Enfin, la durée d’assurance requise est définie par l’année de naissance. C’est le nombre de trimestres nécessaires pour obtenir une pension à taux plein que l’on retrouve dans le tableau des droits à la retraite.

Vous pouvez toutefois  majorer votre pension vieillesse  avec des éléments de votre situation personnelle, comme le nombre d’enfants élevés (8 trimestres acquis par enfant pour les mères), une incapacité de travail, etc.

Comment calculer la retraite du régime complémentaire ?

Au montant de la pension de base, s’ajoute la retraite complémentaire. Plusieurs caisses de retraite gèrent les dossiers selon les professions des assurés. La caisse la plus courante concerne celle des salariés du privé, cadre ou non-cadre : il s’agit de l’AGIRC-ARRCO.

Comment évaluer son allocation vieillesse complémentaire ? C’est le principe de la retraite à points

Le nombre de points générés au cours de sa carrière est multiplié par la valeur attribuée au point. Celle-ci est réévaluée tous les ans par la caisse complémentaire.

Le montant des cotisations par points est calculé en fonction du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS). 2 taux diffèrent selon que les revenus sont inférieurs ou supérieurs au PASS :

  • 6,20 % pour la tranche inférieure au PASS.

  • 17 % pour la partie supérieure.

Quelle retraite pour un salaire de 1 500 € ?

Prenons le cas de Michel, salarié du privé durant tout son parcours professionnel.

Il a perçu un revenu moyen s’élevant à 1 500 € mensuel brut, soit 18 000 € annuel.

L’assuré est né le 1er janvier 1965 et souhaite savoir à quoi il pourrait prétendre en partant à la retraite au 1er janvier 2030.

Il a travaillé dans le secteur privé pendant toute sa carrière, sans interruption, depuis l’âge de 22 ans.

Pour simplifier les calculs, nous basons notre simulation de calcul retraite sur des moyennes de salaires ou de points.

La part de retraite générale

Pour l’année 1965, le taux plein est acquis à 67 ans, alors que l’âge légal est à 62 ans. Michel doit avoir cotisé 169 trimestres soit 42,25 ans (42 ans et 1 trimestre) pour bénéficier de sa retraite à taux plein.

Il peut alors partir à :

  • 62 ans avec une décote correspondant à 9 trimestres : après 40 ans de carrière, sa pension sera égale à 18 000 € x [50 – (9 x 0,625 %)] x 157/166 = 7 554,44 € soit 629,53 € / mois.

  • 64 ans et un trimestre pour obtenir une pension à taux plein. Le calcul sera égal à 18 000 € x 50 % x 166/166 = 9 000 € soit 750 € / mois.

  • Un âge supérieur. S’il préfère partir à 66 ans par exemple :
    Il aura droit à une surcote de 1,25 % par trimestre acquis au-delà de l’âge légal, soit 7 trimestres civils : 7 x 1,25 % = 8,75 % donc 750 x 8,75 % = 65,63 € de surplus.

La simulation de calcul retraite de base s’élèvera alors à 815,63 €.

La part de retraite complémentaire

En cotisant sur 1 500 € mensuels, Michel a généré des points, basés sur la valeur fixée par la caisse. Par exemple, pour une valeur annuelle de prix d’achat du point AGIRC-ARRCO de 17 €, le calcul est le suivant :

(18 000 € x 6,20 %) / 17 € = 66 points / an.

Pendant 40 ans de carrière, il a acquis 2 640 points, alors que pour 42 ans et 1 trimestre : 2 789 points.

Admettons que la valeur du point s’élève à 1,30 en 2030 (valeur 2020 : 1,2714 euros).

Le montant de sa retraite complémentaire se chiffre à :

  • Pour une fin de carrière à 62 ans : 2 640 x 1,30 = 3 432 € / an soit 286 € / mois.
  • Pour un départ au taux plein = 2 789 x 1,30 = 3 625,70 € / an soit 302,14 € / mois.
  • Après l’âge légal de départ, pas de surcote pour la part complémentaire.

Le montant de sa retraite mensuelle brute

Si on reprend le cumul de retraite générale et complémentaire, pour un salaire de 1 500 €, Michel percevra une pension mensuelle brute variable selon l’âge de fin de carrière :

  • 62 ans : 915,53 €.
  • 64 ans et un trimestre (taux plein) : 1 052,14 €.
  • 66 ans : 1 117,77 €.

Quelle retraite pour un salaire de 2 000 € ?

Examinons l’estimation de sa pension, si la moyenne de ses salaires s’élève à 2 000 €.

La part de retraite générale

Nous gardons les 3 périodes de départ précédentes :

  • S’il arrête sa carrière à 62 ans, soit après 40 ans de travail, sa pension sera égale à : 24 000 € x [50 – (9 x 0,625 %)] x 157/166 = 10 072,59 € soit 839,38 € / mois.
  • Attente du taux plein : 24 000 € x 50 % x 166/166 = 12 000 € soit 1 000 € / mois.
  • S’il part à 66 ans, surcote de 1,25 % sur 7 trimestres civils : 7 x 1,25 % = 8,75 % donc 1 000 € x 8,75 % = 87,50 € de surplus, soit 1 087,50 € / mois.

La part de retraite complémentaire

En cotisant sur la base de 2 000 € mensuels, on part sur un décompte de points suivant :
(24 000 € x 6,20 %) / 17 € = 88 points / an

Pour 40 ans, il a acquis 3 520 points, et pour 42 ans et 1 trimestre : 3 718 points.

En gardant les mêmes valeurs de points, le montant de sa retraite complémentaire se chiffre à :

  • Départ à 62 ans : 2 640 x 1,30 = 3 432 € / an soit 286 € / mois.
  • Départ au taux plein et au-delà = 2 789 x 1,30 = 3 625,70 € / an soit 302,14 € / mois.

Le montant de sa retraite brute

Pour un salaire de 2 000 €, la simulation de calcul retraite mensuelle brute de Michel varie alors en fonction de son âge de départ :

  • 62 ans : 1 125,38 €.
  • 64 ans et 1 trimestre : 1 302,14 €.
  • 66 ans : 1 389,64 €.

Quelle retraite pour un salaire de 4 000 € ?

Michel a perçu une rémunération moyenne de 4 000 €, soit 48 000 € annuels.

Il dépasse le plafond de la sécurité sociale PASS, les revenus retenus dans le calcul de la retraite s‘élèvent à 42 000 € (valeur fictive du PASS, cette donnée variant tous les ans).

La part de retraite générale

  • S’il arrête à 62 ans, soit après 40 ans de carrière, sa pension sera égale à : 42 000 € x [50 – (9 x 0,625 %)] x 157/166 = 17 627,03 € soit 1 468,92 € / mois.
  • S’il attend son taux plein : 42 000 € x 50 % x 166/166 = 24 000 € soit 2 000 € / mois.
  • En partant à 66 ans, surcote de 1,25 % sur 7 trimestres civils : 7 x 1,25 % = 8,75 % donc 2 000 € x 8,75 % = 175 € de surplus soit 2 175 € / mois.

La part de retraite complémentaire

En cotisant sur la base de 4 000 € mensuels, Michel a généré 2 niveaux de points :

  • Sur la tranche 1, jusqu’à 42 000 € du PASS : (42 000 € x 6,20 %) / 17 € = 153 points / an.
  • Sur la tranche 2, de 42000 à 48 000 € : (48 000 – 42000) x 17 % / 17 € = 60 points par an.

Soit au total, 213 points par an en moyenne.

Le montant de sa retraite complémentaire sera alors égal à :

  • Départ à 62 ans : Pour 40 ans de cotisation, il a acquis 213 x 40 = 8 520 points. Retraite complémentaire = 8 520 x 1,30 = 11 076 € / an soit 923 € / mois.
  • Départ au taux plein et au-delà = (213 x 42) x 1,30 = 11 629,80 € / an soit 969,15 € / mois.

Le montant de sa retraite mensuelle brute

Avec un salaire de 4 000 €, Michel aura droit à une retraite brute mensuelle différente selon l’âge de fin de carrière :

  • 62 ans : 2 391,92 €.
  • 64 ans et un trimestre, au taux plein : 2 969,15 €.
  • 66 ans : 3 144,15 €.

En définitive, la simulation de calcul retraite comporte de nombreux critères qui peuvent influencer sur le résultat final. 

Retrouvez les différents cas de figures concernant votre situation dans les rubriques de ce site, conçu pour vous guider.

Retour en haut