L’âge pivot : quand partir à la retraite

Le principe d’âge pivot a été abordé dans le cadre de la future réforme des retraites. Il déterminera le point de départ à la retraite.

Même si ce projet se trouve toujours à l’étude, qu’entend-on par âge pivot ? Qui sera concerné ?

Nous avons rassemblé dans ce dossier les éléments phares pour vous aider à comprendre ce qu’est l’âge pivot.

Qu’est-ce que l’âge pivot ?

On appelle âge pivot ou âge d’équilibre, le moment qui permettra à un actif de partir à la retraite sans subir de décote. Si la réforme des retraites aboutit, la date du taux plein n’existera plus.

L’âge d’équilibre dépendra de l’année de naissance et non plus de la durée de cotisation ou du nombre de trimestres acquis. Il s’agit d’un élément clé du futur régime de retraite universel.

Quelle différence entre l’âge légal, à taux plein et pivot ?

À l’heure actuelle, un travailleur souhaitant partir à la retraite doit atteindre l’âge légal, sauf cas particulier. Cet âge, porté à 62 ans pour les actifs nés à partir de 1955, permet de faire valoir ses droits à la retraite, même si sa pension n’atteint pas le taux plein. Dans ce cas, le néo-pensionné subit une decote proportionnelle à la durée nécessaire pour obtenir un taux plein.

En ce qui concerne le taux plein, il correspond à la période permettant de percevoir le montant maximum de sa retraite, même si la durée de cotisation n’est pas complète. Le taux plein est atteint à 67 ans pour les travailleurs nés en 1955 et plus.

Pour ce qui est de l’âge pivot, il supprimerait la notion de retraite à taux plein. En effet, le futur pensionné devra atteindre l’âge de départ à la retraite correspondant à son année de naissance. S’il souhaite partir avant cette date, il supportera un malus. En revanche, s’il souhaite poursuivre son activité professionnelle, il percevra un bonus. 

Qui est concerné par l’âge pivot ?

À l’heure actuelle, la réforme étant toujours à l’étude, il s’agit encore de données pouvant évoluer. Il était prévu de mettre en place cette réforme à partir de 2022 afin d’équilibrer le système de pension vieillesse en France. Il est fort probable que cet âge soit mis en place à compter de l’année 2037, pour les actifs nés à partir de 1975.

Si vous avez commencé à travailler jeune, l’année de retraite pivot recule ainsi la date de fin de carrière. En effet, vous devrez attendre l’âge pivot et non plus la date légale. 

En revanche, si vous n’avez pas cotisé suffisamment dans votre carrière, vous partirez donc à la retraite plus tôt. Dans ce cas, vous ne devrez plus attendre le taux plein pour percevoir votre pension vieillesse. 

Selon la carrière professionnelle suivie, l’âge pivot pourra alors vous avantager ou vous défavoriser en comparaison avec le principe en vigueur aujourd’hui.

À quel âge partir avec la réforme des retraites ?

Pour les cotisants nés à partir de 1975, l’âge d’équilibre devrait être fixé à 64 ans ou 65 ans. À partir de cette date, ces personnels en activité pourront demander à terminer leur carrière sans décote. Ils pourront toutefois poursuivre leur carrière s’ils le souhaitent. 

La période de départ à la retraite définie pour l’âge pivot est susceptible de changer selon l’allongement de l’espérance de vie. Plus la durée de vie s’allonge, plus la limite de retraite recule.

Cet âge sera le même quelle que soit la profession exercée. Le projet de réforme vise à gommer les différents régimes vieillesse actuels.

Quelle est la retraite à l’âge d’équilibre ?

Votre pension vieillesse sera donc calculée selon le principe de la retraite à points. Ce calcul s’établit sur un nombre de points acquis durant votre carrière.

Ainsi, la réforme prévoit une retraite à taux plein à l’âge pivot. Pour toute année de départ anticipé, un malus de 5 % sera décompté. A contrario, pour toute année supplémentaire travaillée, c’est un bonus de 5 % qui améliorera votre pension vieillesse.

Par exemple, si l’âge pivot est acté à 64 ans et que votre pension est de 1 500 € :

  • Pour un départ à 63 ans, vous percevrez 95 % de votre pension de retraite, soit 1 425 € mensuels.
  • Pour un départ à 65 ans, votre allocation vieillesse s’élèvera à 105 %, vous percevrez donc 1 575 €.

En tout état de cause, les actifs seront amenés à travailler plus longtemps. C’est l’essence même de la réforme des retraites voulue par le gouvernement français. De nombreux points sont encore à l’étude. Il est fort à parier que des modifications voient encore le jour d’ici la promulgation de la future loi. L’âge pivot peut donc encore changer dans les prochains mois !

Si vous souhaitez approfondir vos connaissances en matière de régimes des retraites actuels, feuilletez les dossiers sur les différents statuts et calculs de retraite que nous avons préparés pour vous.

Retour en haut