Statut retraite journaliste

Les journalistes professionnels font partie, d’une manière générale, des salariés du privé et, à ce titre, dépendent pour leur retraite de la CNAV, pour ce qui est du régime général, et de l’Agirc-Arrco, pour ce qui est de leur retraite complémentaire.

Le « statut retraite journaliste » concerne environ 35 000 détenteurs de la carte de journaliste professionnel, délivrée par la Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels (CCIJP).

Les titulaires de cette carte sont des pigistes ou des salariés à temps plein, en CDI ou CDD. En principe, le futur système universel de retraite  leur  sera applicable.

Télécharger et imprimer son dossier :




Conditions de départ à la retraite des journalistes professionnels

Etre détenteur de la carte de presse

Selon l’article L 7111 – 3, qui sert de référence à la CCIJP :

Est journaliste professionnel, toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques, ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources.

Plus précisément, ne peuvent pas bénéficier du statut de journaliste professionnel, les attachés de presse, de relations publiques ou de publicité.

Covid-19 : les conditions d'obtention de la carte de presse 2020 sont facilitées - Statut professionnel

Avoir l’âge de la retraite et le nombre de trimestres requis

Comme pour tous les salariés du privé, l’âge de départ à la retraite des journalistes professionnels est fonction de leur année de naissance. Il varie ainsi de 60 à 62 ans. Et pour ce qui est de leur taux pension, celui-ci dépend, de la même manière, du nombre de trimestres qu’ils ont pu valider.

Rappelons que pour valider un trimestre, il faut percevoir, dans l’année, un salaire soumis à cotisations représentant 150 fois le montant du Smic horaire brut.

Pour bénéficier du taux plein, en cas de départ entre 60 et 62 ans, il faut avoir validé entre 160 et 172 trimestres. A défaut, pour bénéficier de ce taux, il faut retarder son départ à la retraite et attendre d’avoir entre 65 et 67 ans.

Modalités de calcul des pensions de retraite

Salaire annuel moyen pris en compte

C’est à ce niveau qu’apparaissent deux avantages propres à la profession de journaliste. En effet, les journalistes professionnels peuvent bénéficier d’un abattement de 30 % sur leur montant de cotisations sociales salariales et de 20 % sur leur taux de cotisation vieillesse.

Ce qui a, pour conséquence, d’augmenter leur salaire net, sans être pénalisés en termes de validation de trimestres acquis puisque ceux-ci sont calculés sur le revenu brut des 25 meilleures années.

Cela pour la retraite de base, car pour ce qui est de la retraite complémentaire, qui correspond, quand même, à près de 55 % à 65 % du montant total des pensions de retraite perçues par les journalistes, celle-ci peut être impactée par la réduction de taux et d’assiette.

Calcul des points acquis par le régime complémentaire

En effet, le calcul du nombre des points de retraite, qui détermine le montant de la retraite complémentaire, s’obtient :

  • En multipliant l’assiette de cotisation par le taux de cotisation, soit 5,52 % pour la part salariale et 6,84 % pour la part employeur, dans la limite du plafond de 7600 €, ce qui donne le montant des sommes cotisées.
  • Et, en divisant le montant des sommes cotisées par la valeur du point Agirc-Arrco, ce qui donne le total des points acquis.

D’évidence, si on cotise moins, on a moins de points. Cependant, on peut toujours racheter des points.  Naturellement, quand la situation le permet et sous certaines conditions. Très limitatives.

A noter qu’au 1er novembre 2021, la valeur du point Agirc-Arrco s’établit à 1,2841 €.

Indemnité de départ à la retraite des journalistes professionnels

Tout salarié du privé partant à la retraite a droit à une indemnité de départ à la retraite. Evidemment, il ne s’agit pas d’une pension en tant que telle, mais d’un émolument occasionnel, lié au départ à la retraite.

La règle commune veut que cette indemnité soit égale à un demi-mois de salaire pour les salariés ayant au minimum 10 ans d’ancienneté dans l’entreprise qu’il quitte.

Pour les journalistes professionnels, c’est l’article 51, beaucoup plus favorable que la règle commune, de la convention collective nationale de travail des journalistes, qui s’applique.

Selon les termes de cet article 51, un journaliste partant à la retraite perçoit une indemnité égale à 1 mois de salaire dès que son ancienneté est supérieure à 2 ans. Elle est égale à 2 mois au bout de 5 ans et à 3 mois au bout de 10 ans. Elle peut monter à 5 mois pour les carrières les plus longues.

Caisses de retraite des journalistes professionnels

CNAV

Comme pour les tous les salariés du secteur privé, c’est à la CNAV, Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, autrement dit L’Assurance retraite, qu’il appartient de gérer la retraite de base des journalistes professionnels.

Groupe Audiens

Pour ce qui est de leur retraite complémentaire, les journalistes professionnels dépendent du groupe Audiens, dit aussi section Audiens, de l’Agirc-Arrco.

Le groupe Audiens, crée en 2003, qui a fusionné l’IRCPS, l’IRPS, la Capsag et la Capprem, fait partie de l’alliance professionnelle Retraite Agirc-Arrco aux côtés de plusieurs autres partenaires. Sa forme juridique est celle d’une association loi 1901.

Certifié ISO 9001, depuis 2014, le groupe Audiens gère près de 160 000 retraites complémentaires et 1,18 milliards d’euros de cotisations retraite complémentaire.

On  peut le contacter pour :

  • Préparer sa retraite au 0173 173 990.
  • Faire ses démarches de départ en retraite au 0173 173 755.
  • Gérer sa retraite au 0173 173 759.